Jeux de hasard au Japon

Il y a une semaine,Naoya Kihara fût le premier joueur Japonais à recevoir un bracelet WSOP (Word Series Of Poker). C’est impressionnant d’autant plus que le poker soit interdit au Japon. En effet, contrairement en France, la plupart des jeux d’argent (poker, roulette, blackjack …)  sont interdits par la loi japonaise.  

Le touriste occidental a du mal à concevoir l’idée de passer des heures voire des journées entières enfermé dans des salles de Pachinko où le but n’est pas de jouer pour gagner de l’argent  mais l’objectif devient le jeu lui-meme. A l’image de toute la société japonaise moderne, divertir pourrait être perçu comme la fonction première des Pachinko au regard de nous, visiteurs étrangers, mais en pénétrant la culture japonaise, on comprends alors que le jeux est devenu au fil du temps une composante de l’identité japonaise mais aussi du paysage tokyoïde urbain. Signalés par leurs girlandes de lumières et ballons parfois les entrées de pachinkos promettent déjà l’univers des jeux et du défi.

Tandis que la porte s’ouvre, le bruit provoqué par le mouvement de milliers de billes simultanément génère alors le cycle jamais rompu de ce qui fait le fond sonore d’un pachinkos. Bruit impressionnant et imposant à la fois, il révèle alors le caractère grave et urgent de ce qui paraissait quelques instants plus tôt comme un pur divertissement. Gravité confirmée par la concentration et les visages des joueurs pour lesquels rien n’existent plus en dehors de la course effrénée des billes et des gains engendrés.

                         

Pour ce qui est du poker, il n’est pas possible de le jouer pour le l’argent au Japon. Si vous êtes fan comme moi alors, les seules solutions restent d’organiser une partie entre amis ou avec un group Meetup, ou bien de jouer au poker en ligne.