Shizuka, volontaire au Sendai

Shizuka, 23 ans, est étudiante en anthropologie à la faculté de Kyoto. En vacances pour 2 mois, elle revient tout juste de 4 jours de bénévolat à ses frais dans la ville d’accueil de sinistrés de Toono, à 260 kilomètres au nord de Fukushima, et nous fait part de cette expérience qui demande du courage.

TI: Comment es-tu devenue bénévole?
Même si j’étudie à Kyôto, loin de la catastrophe, j’ai été très touchée par les évènements comme tous les japonais j’imagine. Je ne connais personellement aucune victime, mais certains de mes amis ont eu peur pour leurs proches habitant Sendai au moment des évènements. Je sais ce que c’est d’entendre parler d’une catastrophe aux informations, et de réaliser que l’on a quelqu’un de cher sur place! (Shizuka a passé 1 an aux USA et est restée très proche de sa famille d’accueil qui vit dans une zone de séismes fréquents ndlr). Je me suis donc sentie très concernée, et j’avais envie de témoigner mon soutien aux sinistrés de là-bas. J’ai donc cherché une organisation sur internet recrutant des bénévoles, et je suis partie avec une amie 2 jours plus tard (elle a réalisé le trajet Kyoto-Toono uniquement en train locaux, ce qui représente plus de 10 heures de train! ndlr)

TI: Une fois sur place, quelle a été ta mission?
“En arrivant, nous avons été briefées sur la situation et l’organisation du centre d’accueil. J’ai été surprise de voir autant d’étrangers sur place en tant que bénévole! Nous étions une grande équipe. Il y a énormément de choses à faire: ménage des refuges, préparation et service des repas, logistique, etc. Mais l’essentiel de ma mission résidait dans l’écoute et l’accompagnement des gens qui en avait besoin

Leave a Reply

*