Akiko, lolita à Tokyo

Interviewer une lolita de Tokyo, c’est tout de même un must. Pour ce faire, j’ai passé une journée à thème « shopping lolita » avec Akiko, rencontrée en Nouvelle-Zélande. Akiko voyage beaucoup depuis la fin de ses études, elle aime organiser ses années en alternant de pays par trimestre, 6 mois en Nouvelle-Zélande, 6 mois à travailler à Tokyo, et la voilà repartie pour 3 mois. A l’étranger, elle aime faire découvrir son pays et sa langue aux gaijins qu’elle croise sur sa route, tout en restant ouverte à la découverte d’autres cultures. Mais une fois à Tokyo, elle s’affiche fièrement comme lolita, modérant son style en fonction des personnes qui l’accompagnent.
TI: Pourquoi as-tu choisi de devenir lolita?
J’ai toujours aimé le thème des princesses. J’adore les froufrous, les rubans et les lacets, que ce soit en gothic lolita (noir et blanc) ou en ama loli (très coloré). Le style gothic lolita m’attire beaucoup car je suis fan du chanteur Mana, dont la marque phare de vêtements est Moi-même moitié. Ils font des vêtements magnifiques, certes chers, mais ils n’utilisent que des tissus véritables et toujours sous l’influence de la mode européenne du XIXe siècle.

TI: Tu m’as dit plus tôt que tu ne t’habillerais jamais en Lolita pour un rendez-vous galant. Pourquoi?
Lolita est à la base un mouvement très égocentrique et fermé à la mode. Peu m’importe comment les hommes me voient dans la rue quand je suis en lolita, je ne regarde que moi. Etre une lolita, ça ne concerne que les filles: c’est une robe de princesse dans un monde de princesse. Je déteste entendre des hommes parler des lolitas, je ne tolère pas qu’ils nous jugent. C’est pourquoi quand je sors avec un homme, je ne m’habille pas en lolita, ça ne le regarde pas, et je ne pense pas que je lui plairai de toute façon.

TI: Y-a-t-il un code quant à l’harmonie des vêtements lorsque tu t’habilles en lolita?
L’objectif principal est d’être le plus fidèle possible à l’idée originel du designer. La robe, le serre-tête, les cheveux, les accessoires, le tablier, les chaussettes etc sont toujours vendues en même temps. Les designers prévoient des ensembles complets, et il est primordial de respecter l’harmonie de l’ensemble. Il est très important de ne pas mélanger les marques, je fais même attention à cela pour mes sous-vêtements et la jupe que je porte sous ma robe. De plus, les lolitas ne montrent leur peau qu’au minimum, le cou, les bras et les jambes doivent être couverts, dans un soucis de pudeur et d’image mais surtout de protection vis-à-vis du soleil. Un élément clé des lolitas est la frange: toujous coupée droite au niveau des sourcils, elle doit être parfaite. La longueur des cheveux importe peu, mais la frange est la première chose que nous regardons avant le maquillage.

TI: Quels sont les spots shopping impératifs à Tokyo pour les lolitas?
Principalement le OIOI de Shinjuku (lire “Marui” ndlr) regroupant toutes les plus grandes marques loli sur 8 étages: Moi-même moitié (la marque du chanteur Mana), Baby the stars shine bright, ou encore Métamorphose. On y trouve aussi tout le nécessaire à maquillage et à coiffure (extensions, perruques, etc).
L’immeuble LaForêt de Harajuku, en bas de la Takeshita Dori, est aussi un bon spot. Toutes les marques de lolita, déviances comprises sont là. Le plus de ce building, c’est que tous les types d’accessoires sont regroupés au même étage. Il n’est pas rare de voir des expositions flash ou des artistes renommés taggant la façade, elle même ornée d’un magnifique Hello Kitty couvert de bijoux Swarovski.

TI: Qu’aimerais-tu dire aux français qui liront l’interview?
J’aimerais que tout le monde comprenne que lolita, c’est un style, et pas du cosplay (costume play ndlr). Nous ne supportons pas d’être confondues avec les cosplayers.

Filed in: News Tags: , , , , , , , , , , ,

You might like:

(Français) Le quartier de Takinogawa : un nouveau centre d’impulsion de la communauté française à Tokyo ? (Français) Le quartier de Takinogawa : un nouveau centre d’impulsion de la communauté française à Tokyo ?
Meguro River – Enjoying Sakura Meguro River – Enjoying Sakura
The forgiven ghost in me – Exhibition at Otsuka The forgiven ghost in me – Exhibition at Otsuka
De compras por Takeshita Dori De compras por Takeshita Dori
© 2014 Tokyo INCOGNITO. All rights reserved.